Les mortiers engagés dans le développement durable

 

Le Grenelle de l'environnement

EN SAVOIR PLUS

Le Bâtiment est en première ligne des domaines d'activités visés par le Grenelle de l'Environnement. En effet, aujourd'hui en France, ce secteur consomme 42,5 % de l'énergie finale totale et contribue pour près du quart aux émissions nationales de gaz à effet de serre. Quelle réponse les mortiers peuvent-ils apporter ?

Dans le neuf, la norme " bâtiment basse consommation " ou BBC (50 kWh/m²/an) s'appliquera à toutes les constructions neuves faisant l'objet d'une demande de permis de construire déposée à partir de fin 2012. En 2020, toutes les constructions neuves devront être à énergie positive.

Pour la réhabilitation, l'objectif est de réduire de 12 % en 2012 la consommation du parc ancien et de 38 % en 2020.

Ces décisions obligent donc à une modification importante des constructions neuves ou existantes pour améliorer l'isolation thermique des bâtiments et réduire les consommations d'énergie. Mais celles-ci se heurtent à des contraintes techniques.
 

Parmi les techniques maîtrisées qui permettent d'y parvenir se trouve néanmoins les systèmes d'enduit d'isolation thermique par l'extérieur  (ITE). Les mortiers d'enduit de façades vont donc contribuer largement à atteindre ces nouveaux objectifs écologiques.

L'isolation thermique par extérieur (ITE)

EN SAVOIR PLUS

L'isolation thermique par extérieur (ITE) permet deux opérations : l'isolation et le ravalement.
 
Elle présente ainsi quatre avantages :
- elle traite, en une fois, l'isolation des parois en supprimant les ponts thermiques,
- elle ne modifie pas la surface habitable,
- elle protège les murs des variations hygrothermiques,
- elle assure l'étanchéité des murs.
 

Les solutions techniques
 
Il existe plusieurs possibilités. Deux font appel aux mortiers.

  • L'enduit mince sur isolant

    Concrètement, le système se compose d'un isolant collé sur le mur à l'extérieur de l'habitation (généralement du polystyrène expansé) et d'un enduit spécifique armé d'un tissu de fibres de verre et de l'enduit de finition. Si l'état du support ne permet pas le collage, la fixation mécanique des panneaux isolants s'impose.

  • L'enduit hydraulique sur isolant

    L'enduit mince est remplacé par un mortier minéral généralement projeté. La résistance aux chocs dans les endroits exposés est meilleure et l'entretien plus aisé, notamment en zones urbaines.

La Directive Produits de Construction (DPC)

EN SAVOIR PLUS

La Directive européenne sur les Produits de Construction, plus connue sous le nom de DPC, s'applique à tous les matériaux de construction, dont les mortiers. Elle vise à réglementer les exigences essentielles des produits vis-à-vis de la sécurité des usagers des ouvrages dans lesquels les produits sont utilisés et à permettre leur mise sur le marché.
 

Les mortiers qui répondent à ces exigences font l'objet d'une déclaration de conformité aux normes harmonisées de référence qui définissent ces performances et bénéficient du marquage CE sur les emballages.
Cette directive va être remplacée par le RPC (Règlement Produits Construction) qui s’appliquera à partir du 1er juillet 2013. Le nouveau RPC élargit les exigences fondamentales n° 3 (L'hygiène, la santé et la sécurité d’usage), l’exigence n° 6 (L’isolation thermique), et crée une nouvelle exigence n° 7 pour les ouvrages (L'utilisation durable des ressources naturelles). Ces informations seront disponibles à la suite du marquage CE, complété par des déclarations de performances.
 

Les mortiers industriels ont déjà anticipé cette nouvelle réglementation européenne puisque leurs émissions sur leurs polluants volatils sont négligeables et leurs impacts propriétés environnementaux et sanitaires sont déclarées dans les FDES  (Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire) et les FDS (Fiches de Données de Sécurité) des différentes familles de produits.

Lorsqu'ils sont utilisés selon les recommandations professionnelles (le marquage CE est visible sur l'emballage des produits), les mortiers ne sont pas dangereux pour la santé des utilisateurs, ni pour la sécurité des usagers des ouvrages, ni pour l'environnement.

Ils contribuent à la sauvegarde des ressources naturelles et aux économies d'énergie et permettent ainsi d'appliquer les recommandations du " Grenelle " pour la construction ou la rénovation des bâtiments.

La démarche HQE®

EN SAVOIR PLUS
Legende
La Haute Qualité Environnementale (HQE®) est une démarche constituée d’un ensemble d’objectifs (14 cibles) pour  aider les maîtres d'ouvrage à opter pour des solutions en accord avec les grands principes du développement durable et ce, à toutes les phases de la vie du bâti : construction, entretien et destruction.
 
Cette démarche volontaire, structurée autour de 14 cibles, a pour ambition de prendre en compte l'ensemble des critères techniques d'un bâti, matériaux et équipements, pour aboutir au meilleur compromis entre les contraintes économiques et environnementales tout au long de sa durée de vie. La HQE® résulte donc d'une démarche volontaire. Plus le nombre de cibles atteintes est important, plus le projet (construction ou rénovation) est considéré de haute qualité environnementale.
 

Les mortiers et la HQE®
 

  • Cibles d'éco-construction

    Les mortiers industriels consomment peu d'eau et d'énergie (compter uniquement l'utilisation, sur le chantier, d'un mélangeur électrique ou d'une machine thermique selon les produits). La taille réduite des conditionnements, ou leur conditionnement en silos, permet également d'éviter les pertes lors de l'application du mortier afin d'optimiser au mieux sa consommation tout en évitant les déchets.

  • Cibles d'éco-gestion

    L'eau est essentiellement utilisée en amont et en aval du site de production du mortier, en particulier pour le gâchage et sa mise en oeuvre.

    À l'étape de fin de vie, le traitement du mortier dépend du matériau support auquel il est associé.

    La plupart des mortiers sont généralement recouverts de revêtements qui sont nettoyés régulièrement et ne nécessitent donc pas d'entretien particulier pour assurer la pérennité des surfaces couvertes. Seuls les mortiers d'enduits décoratifs peuvent demander un nettoyage par lavage pour prévenir l'apparition de mousse, lichens et dépôts liés à la pollution, comme tous matériaux soumis aux intempéries.

  • Cibles de confort

    Si les enduits de façade répondent plus particulièrement au confort visuel et hygrothermique et les mortiers colles pour carrelage et d'égalisation des sols apportent un réel confort acoustique, chaque famille de mortiers permet d'atteindre les 4 cibles de confort définies par la HQE®.

  • Cibles de santé

    Toutes les familles de mortiers participent à l'amélioration des conditions sanitaires, de la qualité de l'air et de l'eau, pendant et après leur mise en oeuvre.

Mortiers et rénovation

EN SAVOIR PLUS

La démarche HQE® ne s'applique par directement à des projets de rénovation mais elle induit, quoiqu'il en soit, un état d'esprit applicable à tout type de chantier.

Legende
  • Considérer le projet dans sa globalité

    Les choix de rénovations effectuées aujourd'hui auront des conséquences durables sur l'avenir, en termes sanitaires, environnementaux et financiers. Il est donc important de préserver la qualité de l'habitat lors de la rénovation, pour ne pas multiplier ensuite les procédés d'amélioration.

  • Procéder à une analyse de l'existant

    Dans le cas d'une rénovation, même s'il n'existe pas de données objectives de référence, il est primordial d'analyser l'existant afin d'anticiper les répercussions d'un éventuel changement. L'élimination d'un enduit de façade sur des pierres naturelles de taille ou en moellons, destinée à les laisser apparentes, peut avoir des répercussions sur l'enveloppe (par exemple si ces pierres ne sont pas imperméables) et donc sur la qualité du bâtiment

  • Limiter la consommation d'énergie

    Soutenue par le Grenelle de l'environnement et les aides financières afférentes, l'isolation est au coeur des futures problématiques dans le Bâtiment.
    Or, les mortiers ont un rôle majeur à jouer dans ce registre, notamment grâce à la solution d'isolation par l'extérieur (ITE)

Des chantiers exemplaires

EN SAVOIR PLUS

Les mortiers performanciels s'intègrent efficacement dans des systèmes constructifs innovants qui visent à construire durablement. L'exemple le plus probant est leur utilisation dans les systèmes d'isolation par l'extérieur. En voici quelques exemples...


  • La Maison de la Vache qui rit (Lons-le-Saunier, 39)

    Ouvert depuis le printemps 2008, la Maison de " La vache qui rit " propose la découverte ludique de tous les secrets de la marque. A l'origine du projet, il y a l'idée d'offrir un lieu de culture et de vie, en phase avec les valeurs environnementales du groupe Bel et du Jura, un département très sensible en la matière.

    Les architectes de Reichen et Robert & Associés ont donc réalisé un bâtiment emblématique, innovant et respectueux de son environnement. " Le dialogue entre la nature et l'architecture a constitué un axe de travail majeur, explique Marc Warnerey, architecte. Tournée vers le jardin plutôt que sur la rue, la Maison de La vache qui rit offre une vue privilégiée sur le parc du Puits Salé. Une grande importance est également conférée au jardin extérieur qui, disposé en bandes vertes ponctuées de carrés fleuris, descend en pente douce vers le bâtiment. Entièrement vitré, le rez-de-chaussée porte la verdure vers l'intérieur de la maison, jusqu'au mur du fond végétalisé ".

    De nombreux équipements tels que des pompes à chaleur et des panneaux photovoltaïques réduisent la consommation énergétique de l'ensemble. De son côté, la façade de l'ancien bâtiment a été conservée et rénovée au moyen d'enduits performanciels pour obtenir une bonne isolation thermique par l'extérieur ainsi qu'un rendu esthétique à la hauteur. Enchâssée sur un profilé de démarrage, la laine de roche a été recouverte d'un sous-enduit, renforcé de fibres de verres. La finition a été réalisée avec un enduit minéral décoratif.

    Maître d'ouvrage : Fromageries Bel
    Maîtrise d'oeuvre conception - construction : Reichen et Robert & Associés
    (Marc Warnery, directeur de projet ;Oona Savransky et Clémence de Selva, chefs de projet)
    Surface du bâtiment : 2 400 m² SHON
    Durée des travaux : 2007-2008 (ouverture : printemps 2009)


  • Réhabilitation en maison basse consommation, Fontenay-sous-Bois (94)

    La Demeure des Carrières, située dans le centre-ville de Fontenay-sous-Bois, n'était qu'une ruine dont la construction remonte au début du XXe siècle. Logirep, entreprise sociale pour l'habitat en France, BASF et le CSTB se sont associés pour y créer 8 logements sociaux à énergie positive qui répondent à la certification Habitat et Environnement délivrée par Cerqual. Après travaux, la consommation énergétique du bâtiment est passée de 400 à 50 kWh/m²/an.
     
    Techniquement, l'opération se caractérise par l'utilisation de matériaux respectueux de l'environnement et par la mise en place de divers équipements : récupération d'eau de pluie, mise en place de blocs de baie composites intégrant des menuiseries extérieures bois à double vitrage peu émissif et lame d'argon, installation d'une chaudière collective à condensation, VMC...
     
    Il est également prévu d'isoler la façade par l'extérieur. Le système d'isolation choisi associe un polystyrène graphité à haute performance énergétique de 20 cm d'épaisseur avec un sous-enduit sur treillis d'armature et un enduit de finition à l'aspect traditionnel de chaux.
     
    Ainsi, l'architecture du bâtiment, typique d'une maison bourgeoise de 1830, a été entièrement préservée dans sa dimension esthétique : moulures, corniches, marquise... Tout a été recréé à l'identique, grâce à des enduits performanciels décoratifs aux finitions adéquates.
     
    Livraison du bâtiment : 2006
    Maître d'ouvrage : Logirep, Suresnes
    Architecte : Cabinet Albin Puig, Le Perreux-sur Marne
    Entreprise applicatrice : Sisap, Saint-Cyr-l'École

  • Construction de la médiathèque du Portel (62)

    Construite par et pour la localité côtière du Portel-Plage, la nouvelle médiathèque communale répond au standard strict de la HQE®.
     
    Ce bâtiment de 1 300 m² fait partie d'un projet global axé sur le développement durable et visant la revalorisation de l'ensemble du quartier. Grâce aux différents équipements mis en place (réemploi des eaux pluviales, production d'énergie solaire...), le bilan énergétique de l'ensemble est exemplaire.
     
    La faible consommation d'énergie est également le fruit d'une isolation optimale. Le bâtiment, constitué partiellement d'une construction en bois et d'une majeure partie en béton, bénéficie d'une isolation par l'extérieur avec un système d'isolation extérieure comprenant des panneaux isolants en fibres de bois en 80 ou 120 mm d'épaisseur, en fonction de la structure porteuse ainsi que des finitions avec des enduits minces organiques. L'esthétique extérieure propose ainsi une mixité de finitions, qui donne du rythme aux façades, avec une partie clin bois, et l'autre un enduit sur isolant.
     
    Les excellentes propriétés d'isolation de ces panneaux sont obtenues grâce à plusieurs couches de fibres de bois de différentes épaisseurs réunies par un procédé sandwich. L'assemblage par rainures et languettes empêche la formation de ponts thermiques et optimise l'imperméabilité au vent. De plus, elle constitue une base idéale pour la mise en oeuvre d'un enduit de finition.
     
    Préalablement à l'ouverture de la médiathèque, le bâtiment a été soumis à un " Blower-Door-Test " et obtenu un résultat optimal en ce qui concerne les ponts thermiques et l'étanchéité.
     
    Livraison du bâtiment : 2008
    Maître d'ouvrage : La Ville du Portel
    Architecte : Arietur : Bernard LAFAILLE, Wimereux (62)
    Entreprise applicatrice : PRL, Baincthun (62)